Catégories
Droit et Justice

Déclin des prisons aux États-Unis: insuffisant pour annuler l'incarcération de masse

À la fin de l'année 2018, la population carcérale américaine atteignait 1,4 million de personnes, en baisse de 9% depuis son sommet en 2009. Cela fait suite à une croissance de près de 700% de la population carcérale entre 1972 et 2009. Ce mémoire de recherche révèle des variations importantes d'un la décarcération et met en évidence le rythme globalement modeste des réformes par rapport à l'augmentation massive de la détention.

Cette analyse est basée sur les données les plus récentes du Bureau of Justice Statistics sur les personnes purgeant des peines de plus d'un an. Depuis la pandémie de coronavirus en 2020, un certain nombre d'États et le système fédéral ont procédé à des réductions supplémentaires, quoique modestes, de leur population carcérale. Cette analyse souligne la nécessité de s'attaquer aux niveaux d'emprisonnement excessivement élevés dans un contexte de crise de santé publique.

VARIATION SIGNIFICATIVE ENTRE ÉTATS

Tous les États sauf six ont réduit leur population carcérale depuis qu'ils ont atteint leur niveau maximum. Pour vingt-cinq États, la réduction des taux d'emprisonnement était inférieure à 10%. La population carcérale fédérale a été réduite de 17% par rapport à son niveau record en 2011.

Sept États dominent le pays, ayant décarcéré de plus de 30% depuis qu'ils ont atteint leur niveau d'emprisonnement maximal: le New Jersey, l'Alaska, le Connecticut, New York, l'Alabama, le Rhode Island et le Vermont.

Ces réductions de la population carcérale sont le résultat d'un mélange de changements de politiques et de pratiques visant à réduire les admissions en prison et les durées de séjour. Mais six États ont connu leur plus forte population carcérale en 2018: le Wyoming, le Nebraska, l'Iowa, le Wisconsin, le Kansas et l'Oregon.

Figure 1: Population carcérale des États-Unis par infraction de condamnation, 1980-2017
Remarque: Les réductions concernent l'année où la population carcérale pour cette catégorie d'infraction a atteint son apogée. Basé sur la population carcérale condamnée dans les systèmes étatiques et fédéraux. Le graphique ne tient pas compte de l'ordre public et des infractions autres ou non précisées, pour lesquelles 231 000 personnes supplémentaires ont été emprisonnées en 2017, en baisse de 1% depuis 2014. Source: Bureau of Justice Statistics Prisoners Series (1994-2018)
Figure 2. Tendances de la population carcérale des États-Unis jusqu'en 2018: diminutions depuis l'année de pointe, augmentations depuis 2013

site web fig 2

UN MODÈLE DE RÉFORMES

Bien que 44 États et le système fédéral aient réduit leur population carcérale depuis qu'ils ont atteint des niveaux record, le rythme de la réforme a mis du temps à inverser près de quatre décennies de croissance agressive de l'emprisonnement annuel. Au rythme de la décarcération depuis 2009, en moyenne de 1% par an, il faudra 65 ans – jusqu'en 2085 – pour réduire de moitié la population carcérale américaine. De toute évidence, attendre plus de six décennies pour modifier substantiellement un système qui n'est pas en phase avec le monde et qui est racialement biaisé est inacceptable.

PROCHAINES ÉTAPES

Les États-Unis n'ont fait que des progrès modestes pour mettre fin à l'incarcération de masse malgré une baisse spectaculaire des taux de criminalité. Les taux de criminalité signalés ont chuté à la moitié de leur niveau des années 90, comme ils l'ont fait dans de nombreux autres pays qui n'ont pas augmenté le taux d'emprisonnement.

Pour accélérer la fin de l'incarcération de masse, il faudra accélérer la fin de la guerre contre la drogue et réduire les peines pour tous les crimes, y compris les délits violents pour lesquels la moitié des personnes en prison purgent une peine.

Les réformes antérieures ont contribué à réduire de 29% le nombre de personnes emprisonnées pour une infraction en matière de drogue entre l'année de pointe 2007 et 2017. Le nombre de personnes emprisonnées pour une infraction contre les biens a diminué de 18% entre l'année de pointe 2007 et 2017. Mais pour la moitié de la population carcérale emprisonnée pour un crime violent – allant de certains cambriolages, vols et agressions au viol et meurtre – les réformes restent l'exception. Dans l'ensemble, le nombre de personnes emprisonnées pour une infraction avec violence n'a diminué que de 2% entre l'année de pointe 2009 et 2017, malgré des baisses substantielles de la violence depuis le milieu des années 90.

La réticence à réduire les peines excessives pour cette population va à l'encontre des preuves que les longues peines frappent les personnes âgées qui représentent peu de menace pour la sécurité publique, produisent un effet dissuasif limité et nuisent aux investissements plus efficaces dans la sécurité publique. Pour accélérer la fin de l'incarcération de masse, il faudra réduire sensiblement le nombre de personnes emprisonnées pour violences et intensifier les réformes des peines pour les délits non violents.

Figure 3. Population carcérale fédérale et d'État des États-Unis, historique et projetée, selon le taux de déclin de 2009 à 2018
site web fig 3

Source de figures historiques: Bureau of Justice Statistics (1982) «Prisoners 1925-81»; Outil d'analyse statistique des corrections du Bureau of Justice Statistics; Carson, E. A. (2020). Prisonniers en 2018. Bureau of Justice Statistics. Disponible sur: https://www.bjs.gov/content/pub/pdf/p18.pdf

Tableau 1: Tendances de la population carcérale aux États-Unis jusqu'en 2018: diminutions depuis l'année de pointe, augmentations depuis 2013
Juridiction Pic à 2018 Année record
New Jersey -38,5% 1999
Alaska1 -37,8% 2006
Connecticut -37,4% 2007
New York -36,1% 1999
Alabama1 -34,9% 2012
Rhode Island -33,7% 2008
Vermont -32,0% 2009
Californie -26,7% 2006
Hawaii -26,2% 2005
Massachusetts -23,4% 2011
Caroline du Sud -20,3% 2009
Louisiane -19,4% 2012
Illinois -19,1% 2012
Maryland -17,7% 2007
Fédéral -16,9% 2011
Mississippi -13,9% 2008
Maine -13,4% 2007
Colorado -13,0% 2008
Indiana -10,2% 2013
Tennessee -9,2% 2017
Total américain -9,0% 2009
Pennsylvanie -8,6% 2011
Oklahoma -7,3% 2016
Missouri -6,8% 2017
Floride -6,5% 2010
Minnesota -6,5% 2015
New Hampshire* -6,3% 2007
Utah -6,1% 2013
Dakota du nord -5,4% 2015
Virginie-Occidentale -5,4% 2016
Caroline du Nord -5,3% 2014
Delaware -5,1% 2007
Idaho -4,6% 2013
Virginie -4,5% 2015
Géorgie -4,5% 2009
Texas -3,7% 2010
Nouveau Mexique* -3,5% 2017
Ohio -3,4% 2015
Arkansas -1,3% 2017
Montana* -1,3% 2016
Arizona -1,3% 2015
Washington -0,7% 2017
Nevada -0,6% 2017
Kentucky -0,5% 2017
Dakota du Sud -0,4% 2017
Juridiction 2013 à 2018 Année record
Oregon* 0,5% 2018
Kansas 4,7% 2018
Wisconsin 7,1% 2018
Iowa 8,6% 2018
Nebraska 9,8% 2018
Wyoming 10,1% 2018

Remarque: Voir le tableau 1 pour plus de détails. * La tendance de cet état peut ne pas être exacte en raison de l'incomparabilité des données sur plusieurs années. Source: Série des prisonniers du Bureau of Justice Statistics (1999-2018) Source: Série des prisonniers du Bureau of Justice Statistics (1999-2018) * La tendance de cet État peut ne pas être exacte en raison de l'incomparabilité des données d'une année à l'autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *