Catégories
Droit et Justice

En souvenir de l'exonéré Richard Lapointe, décédé du COVID-19

C'est avec une profonde tristesse que l'Innocence Project se souvient de Richard Lapointe qui est décédé mardi des complications du COVID-19 à East Hartford, Connecticut, à l'âge de 74 ans. À la connaissance d'Innocence Project, Lapointe est le premier exonéré à décéder. le coronavirus nouveau.

Lapointe a été condamné à tort pour le meurtre, l’enlèvement et l’agression sexuelle de la grand-mère de sa femme en 1989 après avoir été contraint d’avouer faussement le crime. Lapointe, qui avait une déficience cérébrale congénitale qui l'a touché à la fois mentalement et physiquement, a été interrogé pendant neuf heures et demie par la police. Il a été contraint de donner trois aveux différents, dont aucun ne correspondait aux faits de la scène du crime et l'un d'eux disait: «si les preuves montrent que j'étais là et que je l'ai tuée, alors je l'ai tuée, mais je ne me souviens pas avoir été Là." Il a été reconnu coupable lors d'un procès avec peine de mort, mais a épargné la peine de mort et condamné à plus de 60 ans de prison à vie sans libération conditionnelle.

Centurion a travaillé pendant 15 ans pour libérer Lapointe, constatant, en plus de faux aveux forcés, le défaut de l'accusation de divulguer des preuves (violations de Brady) et l'assistance préalable inefficace d'un avocat. Lapointe a finalement été disculpé en 2015, après que l'État a reconnu que l'ADN sur les lieux du crime l'avait exclu. Lapointe a survécu à 26 ans d'emprisonnement injustifié.

Paul Casteleiro, Esq., Directeur juridique de Centurion, a représenté Lapointe, et a déclaré: «Richard a fait confiance à la police qui a pleinement profité de lui sachant que ses handicaps l'empêchaient de le faire. En prison, il était protégé parce que tous ses codétenus savaient qu'il était innocent et vulnérable. Si seulement la police lui avait montré la même compassion et la même compréhension.

À sa libération, Lapointe a d'abord vécu avec une famille, puis a emménagé dans une maison de retraite. Après être tombé malade du COVID-19, Lapointe a finalement été testé négatif pour le coronavirus, mais il n'a pas pu surmonter les conséquences mentales et physiques à long terme du virus.

Exhortez le Congrès à protéger, libérer et soutenir la réentrée des personnes incarcérées pendant la pandémie de COVID-19.


Le décès de Lapointe est tragique et rappelle pourquoi il est urgent que le Congrès agisse pour protéger personnes incarcérées dans le prochain paquet de réponse COVID-19. La menace du COVID-19 pour les personnes en situation carcérale dans tout le pays est importante – des personnes arrêtées aux innocents – et le Congrès doit protéger, libérer et soutenir la rentrée des personnes incarcérées pendant cette pandémie mettant leur vie en danger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *