Catégories
Droit et Justice

Le Kentucky doit maintenant régler ses problèmes de surpopulation carcérale!

Le Kentucky en est à sept semaines de sa session législative de 2018 et de nombreuses questions importantes exigent l'attention des législateurs. Les retraites et les questions budgétaires ont consommé et continueront de consommer une grande partie de l'oxygène législatif cette session. Cependant, il y a un autre sujet de préoccupation flagrant dont les législateurs ont absolument besoin pour aborder cette session législative – la surpopulation carcérale.

Le surpeuplement des prisons du Kentucky a atteint un niveau de crise, la plupart des établissements fonctionnant à pleine capacité. Le Kentucky est désormais le 2nd le plus haut incarcérateur de femmes et détient le 9e taux d'incarcération global le plus élevé. Entre 2012 et 2016, la population carcérale de l'État a augmenté de 32%. Ce qui est plus stupéfiant que ces statistiques, c'est le coût. Le Kentucky Department of Corrections a demandé 700 millions de dollars juste pour maintenir les besoins prévus les coûts pour les prochains exercices. Mais, compte tenu de la croissance prévue de 19% de la population carcérale, les contribuables paieront probablement une facture de 600 millions de dollars pour suivre la croissance prévue des prisons.


«Le surpeuplement dans les prisons du Kentucky a atteint un niveau de crise.» – (Tweet ça)


Bon nombre de ces coûts peuvent être facilement évités en détournant les délinquants non violents de faible intensité vers des alternatives à l'incarcération fondées sur des preuves, comme les tribunaux de la drogue, plutôt que de les incarcérer. Le premier étant une option beaucoup moins coûteuse et plus efficace. Les économies seraient importantes et immédiates car le principal moteur de la population carcérale en plein essor du Kentucky est les délits de drogue de faible intensité (Tweetez ça!). Depuis 2012, le nombre de personnes incarcérées pour possession de drogue a doublé, et il y a eu une augmentation de 38% des admissions pour des délits graves de classe D.

Le projet de loi 396, parrainé par les représentants Kim Moser et Jason Nemes, comprend de nombreuses réformes recommandées par le groupe de travail sur le réinvestissement de la justice du Conseil d'évaluation des politiques de justice pénale. Ces réformes comprennent la restriction du recours à l'incarcération comme sanction pour violation technique des conditions de libération conditionnelle et de probation, et élargiraient plutôt le recours à des sanctions rapides, certaines et proportionnelles pour lutter contre ce comportement. Les autres dispositions comprennent le reclassement de la première et de la deuxième possession de drogue en tant que délit et la création d'un fonds d'incitation fiscale local qui fournirait des ressources aux comtés pour accroître le traitement et la surveillance au niveau du délit. Il s'agit d'une réforme particulièrement importante étant donné l'ampleur de la crise des opioïdes au Kentucky. Nous avons tous entendu que la société ne peut pas sortir de la crise des opioïdes. Le Kentucky devrait réserver ses lits de prison à titre de punition à ceux qui trafiquent de la drogue dans cet État, et non à ceux qui en sont dépendants. Cette réforme garantit que les toxicomanes qui sont pris avec des opioïdes pour leur usage personnel ou une autre substance contrôlée abusée sont détournés vers un traitement plutôt qu'incarcérés.

Le projet de loi n ° 396 permettrait d'éviter 78% de la croissance des prisons attendue au cours des 10 prochaines années et permettrait à l'État de réaliser des économies de plus de 335 millions de dollars. La population carcérale sans cesse croissante du Kentucky ne va pas ralentir sans intervention législative. En fait, cela ne fera qu'empirer. Une solution est maintenant sur la table pour examen par les législateurs. Une solution qui favorise les économies de coûts et la sécurité publique. Il est temps d'agir.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *