Catégories
Droit et Justice

Le Pentagone et le Congrès risquent d'entraver la modernisation de l'armée américaine

Au cours des deux années qui ont suivi le retour de la concurrence des grandes puissances, la stratégie de défense nationale des États-Unis a appelé les forces américaines à adopter rapidement de nouvelles technologies allant des missiles hypersoniques et des armes à énergie dirigée à l'intelligence artificielle et aux véhicules autonomes. En dehors des opérations spéciales, cependant, les antécédents du Pentagone après la guerre froide en matière d'équipement de pointe sont, au mieux, inégaux. Le futur système de combat de l’armée, Guéporte-avions de classe moyenne et le ravitailleur KC-46 de l'Air Force ne sont que quelques exemples récents où des obstacles technologiques ont ralenti ou interrompu l'introduction d'un nouveau programme, les chefs de service jugés essentiels pour garder une longueur d'avance sur les adversaires.

Le Congrès a tenté au cours des dernières années d'aider le DoD à mettre en œuvre de nouvelles technologies en déléguant davantage de pouvoirs aux services militaires, en créant de nouveaux processus d'acquisition rapide et en réorganisant les bureaux de surveillance du DoD. La vision plus longue des dirigeants des comités de la défense par rapport à leurs homologues en uniforme ou civils semble avoir porté ses fruits sous la forme d’autorités d’achat plus rapides qui contournent le processus de développement des exigences du Pentagone.

Maintenant, cependant, le Congrès veut ralentir la course du DoD vers une force plus avancée technologiquement. La proposition du Sénat FY 2021 NDAA exige que la Marine mûrisse les technologies clés avant de construire une série de nouveaux navires avec et sans équipage. Les sénateurs et leurs collègues de la Chambre veulent également empêcher le DoD de retirer des navires et des aéronefs sans que leurs remplacements ne soient pleinement opérationnels ou que le ministère ne certifie qu'ils ne sont plus nécessaires.

Les pratiques de R-D de l'armée américaine doivent certainement changer, mais, pour paraphraser William F. Buckley, en repoussant l'histoire et en criant «Stop!» n'est pas la façon de le faire. Le DoD et le Congrès devraient plutôt travailler ensemble pour développer une vision pour la future armée tout en la construisant et en soutenant la force actuelle.

Comme lorsqu'une relation se heurte à une mauvaise passe, les deux côtés sont à blâmer. Le DoD, par exemple, n'est pas un bon partenaire dans le développement technologique. Les services militaires se fixent des objectifs ambitieux pour contrer les versions les plus difficiles d'adversaires comme la Chine ou la Russie dans les situations les plus stressantes, ce qui se traduit par de futurs plans de forces qui sont généralement inabordables ou à risque technologique. Les stratégies et les concepts qui sous-tendent les plans de services sont souvent étroitement liés et ne sont communiqués qu'à contrecœur à un groupe restreint de membres du personnel et de membres du Congrès. Le reste du Congrès et le public qui paie les factures sont priés de «nous faire confiance».

Le Congrès, à son tour, exacerbe les défis de la modernisation en obligeant le Pentagone à maintenir les plates-formes vieillissantes et, par extension, leur formation, leur personnel, leurs organisations et infrastructures de maintenance. Bien que les membres soient bien intentionnés en veillant à ce que la force conserve sa capacité et ses capacités spécialisées, la restriction des départs à la retraite et l’ajout de navires ou d’avions au budget augmentent les opérations militaires et les coûts de soutien et limitent le financement futur de la R&D pour les systèmes de prochaine génération.

Dans un article de la semaine dernière, le président du SASC, Jim Inhofe, et le membre du classement Jack Reed ont proposé une nouvelle approche pour mettre en œuvre de nouvelles technologies militaires qui s'appuie sur leur projet de loi. Premièrement, ils soutiennent que les chefs de service doivent définir une vision pour la future force qui reconnaît le temps et les efforts nécessaires aux technologies nécessaires matures. Les sénateurs, cependant, ne vont pas assez loin. Les visions futures des forces doivent également être abordables, y compris des estimations de coûts prudentes pour la R&D nécessaire pour les réaliser et les opérations et le soutien nécessaires pour les maintenir. Tous les plans actuels de structure des forces des services militaires américains échouent sur cette mesure.

Inhofe et Reed recommandent de promulguer de futures visions de la force à travers des feuilles de route décrivant comment les technologies nécessaires seront développées et testées pour soutenir les nouveaux programmes de la vision. C'est une excellente idée, mais elle sera plus difficile à mettre en œuvre que ne le suggèrent les sénateurs ou leurs propositions de la NDAA. Pour éviter d'être capturés par l'état de la technologie d'aujourd'hui, les visions et les feuilles de route futures doivent combiner un degré d'avancement technique réalisable et abordable avec des concepts opérationnels qui exploitent la nouvelle technologie. Cela nécessite créativité, analyse, prévoyance et collaboration entre le Pentagone et le Congrès.

Par exemple, l'Air Force Skyborg Le projet vise, en partie, à construire des «ailiers sans pilote» pour les chasseurs d'attaque F-15EX et F-35A. Les technologies devraient être réalisables, surtout si elles sont combinées avec des tactiques qui peuvent s’adapter à mesure que l’autonomie des ailiers s’améliore avec le temps. Et parce que SkyborgL’autonomie est sa technologie la plus avancée, le concept opérationnel du programme exploite efficacement ses investissements en R&D.

L'approche proposée par les sénateurs Inhofe et Reed aiderait le Congrès à être un meilleur partenaire dans le développement technologique. En établissant des portes et des jalons pour que le DoD se réunisse avant de commencer un nouveau programme, le Congrès devrait gagner la confiance nécessaire pour soutenir les investissements dans la technologie des services et arrêter la pratique de marquer les dépenses de R&D qui semblent «orphelines» ou en avance sur les besoins. Les membres devront également réduire l'envie de créer davantage de factures de maintien en puissance pour le DoD en achetant des navires et des avions supplémentaires ou en conservant inutilement ceux déjà en service.

Le Pentagone peut faire un meilleur travail pour sa part en utilisant des hypothèses opérationnelles et fiscales plus réalistes pour guider les besoins futurs de la force, ainsi qu'en définissant clairement le chemin vers la maturation des technologies nécessaires pour réaliser sa vision. Et lorsque les plans futurs seront élaborés, les services devront mieux communiquer les détails avec le Congrès et les autres parties prenantes.

À moins que le Congrès et le DoD ne puissent travailler ensemble en équipe, le dysfonctionnement commun à de nombreux nouveaux programmes de défense continuera. La combinaison unique, au cours du siècle, d'une pandémie, d'une intensification de la concurrence entre grandes puissances et de défis fiscaux imminents crée un impératif pour les forces armées américaines de devenir plus capables et plus abordables. Les dirigeants du Congrès et du Pentagone doivent traverser le Potomac ou risquer que les forces américaines deviennent insoutenables et non compétitives.

Cet article a été écrit par Bryan Clark de Forbes et a été légalement autorisé par le réseau d'éditeurs NewsCred. Veuillez adresser toutes les questions de licence à legal@newscred.com.

commentaires

commentaires

Diplômes et certificats en ligne en cybersécurité

Les programmes de cybersécurité en ligne de l'American Military University intègrent plusieurs disciplines pour vous assurer d'acquérir les compétences essentielles et les pratiques de gestion nécessaires pour mener efficacement des missions de cybersécurité – du gouvernement ou de l'industrie privée. Apprenez du leader. L'American Military University fait partie du système American Public University System, qui a été désigné par la National Security Agency et le Department of Homeland Security comme centre national d'excellence académique en éducation à la cyberdéfense.

Informations requises

Veuillez remplir ce formulaire et nous vous contacterons pour plus d'informations sur AMU. Tous les champs sauf le téléphone sont obligatoires.

<! –->

Message de validation ici

<! – ->

Message de validation ici

<! –->

Message de validation ici

<! –->

Message de validation ici

<! –->

Message de validation ici

<! –->

Message de validation ici



Prêt à postuler? Démarrez votre candidature dès aujourd'hui.

Nous apprécions votre vie privée.

En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des e-mails, des SMS, des appels téléphoniques et des messages d'American Public University System, Inc., qui comprend l'American Military University (AMU) et l'American Public University (APU), ses affiliés et ses représentants. Je comprends que ce consentement n'est pas une condition d'inscription ou d'achat.

Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment. Veuillez consulter notre politique de confidentialité, nos conditions ou contactez-nous pour plus de détails.

<! –

tester

->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *