Catégories
Droit et Justice

Louisiana Bill avance pour permettre aux travailleurs des hospices de continuer à travailler au-delà des murs de la prison

Dans le cadre de ma formation pour devenir diacre catholique, j'ai passé un été à travailler avec une organisation de soins palliatifs locale. Je me suis joint à un travailleur de l'hospice alors qu'il faisait ses visites à domicile. Avant même qu'il ait prononcé un mot, j'ai pu voir que sa seule présence apportait du réconfort aux patients. Les travailleurs des hospices et les ministres de toutes confessions aident à accomplir ce travail de miséricorde envers les mourants afin qu'ils puissent mourir dignement et réconforter la famille.

En tant que ministre ou travailleur de soins palliatifs, vous avez la possibilité de vivre des moments avec des patients et leurs familles qui peuvent avoir un impact durable sur la façon dont ils gèrent la perte imminente de leur être cher. Cette expérience peut également affecter considérablement la vie des travailleurs eux-mêmes.

Quand nous pensons à l'hospice, le scénario familial ci-dessus est ce que la plupart des gens envisagent. Cependant, la mort fait également partie de la vie de ceux qui sont incarcérés.

La Louisiane a une population carcérale vieillissante. Sept pour cent des détenus ont plus de 60 ans. La plupart des gens ne le réalisent pas, mais les gens ont également besoin de soins palliatifs en prison. La Louisiana-Mississippi Hospice and Palliative Care Organization forme des détenus en Angola depuis des années à fournir ce service aux détenus mourants. Ces détenus fournissent ce service sans aucune promesse de libération ni réduction de peine. J'ai parlé à un libéré conditionnel qui a fourni ce service pendant son incarcération en Angola. Il m'a dit qu'étant donné qu'il n'était pas en mesure de contacter la famille de la victime pour exprimer ses remords, il a utilisé son travail en tant que travailleur des soins palliatifs pour réparer les torts et les blessures qu'il avait causés à la victime et à sa famille. C'était sa façon de redonner. Ce programme offre à ces hommes quelque chose qui ne peut tout simplement pas être enseigné en classe. Il apporte de la lumière et de l'espoir dans un endroit sombre à la fois pour le patient et le travailleur de l'hospice.

La représentante Katrina Jackson a parrainé HB 431, qui permettrait aux personnes qui ont été formées dans le cadre du programme de soins palliatifs en Angola de fournir ce service après leur libération. Une fois certifiées, les personnes devraient faire une demande auprès d'un fournisseur de soins palliatifs et être employées par le fournisseur. Une fois embauché, le fournisseur devrait faire une divulgation aux patients.

Le lundi 6 mai 2019, le projet de loi a été adopté à une écrasante majorité à la Chambre et est maintenant soumis au Sénat pour approbation. Ce projet de loi supprime un obstacle pour ceux qui veulent continuer à offrir ce service après avoir été mis en liberté conditionnelle. Cela leur donne la possibilité de continuer leur bon travail et de gagner un salaire décent.

Quelle grande opportunité le Département des services correctionnels de Louisiane (DOC) offre pour développer le caractère et favoriser la réadaptation et la rédemption. Nous voulons que les gens quittent la prison mieux qu'ils ne sont arrivés. Ce programme est un grand pas dans la bonne direction. Merci au DOC et à la représentante Katrina Jackson d'avoir créé cette opportunité et en attendant l'adoption réussie du projet de loi, supprimant un obstacle à la rentrée.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *