Catégories
Droit et Justice

L'utilisation de témoins coopérants dans les poursuites fédérales |


Mimi Rocah, membre distingué de Pace Law en justice pénale, est récemment apparue sur le réseau «Law & Crime» pour discuter de l’utilisation par le gouvernement d’un témoin coopérant avec l’animatrice Caroline Polisi. Mme Rocah a expliqué le processus d'utilisation d'un témoin ayant coopéré dans une poursuite fédérale. Même si un coopérateur doit d'abord plaider coupable du crime le plus élevé possible (et peut-être d'autres crimes non liés), l'incitation à coopérer dans une enquête fédérale est importante. Si le gouvernement constate que le coopérateur a des informations contre des parties plus coupables et qu'il témoigne honnêtement, le gouvernement demandera au juge de condamner le coopérateur au-dessous du minimum obligatoire en vertu des directives de détermination de la peine. Voir l'interview ici.

Écrit par Carol Barry

Publié dans Articles d'intérêt, procès


Marqué avec témoins coopérants, enquête criminelle, poursuite pénale, poursuite fédérale, Lignes directrices fédérales sur la détermination de la peine, incitatifs, peines minimales obligatoires, détermination de la peine, stratégie de procès, Procès, témoin, crédibilité du témoin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *