Catégories
Droit et Justice

Mettre l'accent sur les jeunes et les familles dans le système de justice pour mineurs

Justice for Families (J4F) est une alliance nationale d'organisations locales engagées à mettre fin à «l'épidémie d'incarcération des jeunes». Il a été fondé et est géré par des parents et des familles qui ont fait l'expérience du système de justice pour mineurs avec leurs enfants. Nous nous sommes entretenus avec la cofondatrice et directrice exécutive Grace Bauer-Lubow et la directrice associée Tracey Wells-Huggins pour discuter de la récente sortie de J4F de Focus sur les jeunes et les familles: un guide pour la conduite de groupes de discussion avec les jeunes et les familles touchés par le système de justice pour mineurs. Le guide est conçu pour aider les agences de justice pour mineurs, en partenariat avec les organisations communautaires, à travailler plus en collaboration avec les familles pour une réforme de la justice pour mineurs.

Mme Bauer-Lubow (GB) est la mère de trois enfants et une dirigeante respectée et confidente de confiance pour les familles qui demandent justice à travers le pays. Elle était auparavant organisatrice sur le terrain de la Campagne pour la justice pour les jeunes et directrice de Families and Friends of Louisiana's Incarcerated Children (FFLIC), qui a contribué à l'adoption de la Louisiana Juvenile Justice Reform Act de 2003 et à la fermeture de la prison pour mineurs de Tallulah.

Mme Huggins (TH), qui a récemment fait partie du panel de Vera sur l'engagement des jeunes, est également la fondatrice de Renewed Minds, une organisation qui propose des programmes de plaidoyer, de soutien et d'éducation aux jeunes et aux familles. Elle était infirmière depuis plus de 20 ans quand, en 2007, elle est devenue une militante convaincue et dévouée dans la lutte pour la réforme du système juvénile et son besoin d'engagement familial / de partenariat.

Quelle a été l’inspiration pour le guide des groupes de discussion et comment en est-il venu?

GB: Nous fournissions une assistance technique grâce au financement de la Fondation Annie E. Casey et avons vu le besoin d'un guide pour les groupes de discussion. Nous pensions qu’il s’agirait d’un programme de deux pages, mais nous avons réalisé que les systèmes n’ont pas besoin de la partie mécanique de la tenue d’un groupe de discussion – c’est quelque chose que vous pouvez trouver en ligne. Comme vous pouvez le voir, nous nous sommes retrouvés avec 48 pages, car elles contenaient de riches conseils sur la manière de s'engager de manière appropriée et efficace avec les familles et les jeunes. Je pense que c’est l’élément critique du guide, pas nécessairement la mécanique. C'est notre contribution sur le terrain et ce qui nous distingue des autres organisations et guides.

Quel est le conseil le plus important pour les animateurs de groupes de discussion pour la première fois qui utilisent le guide?

TH: Le fait qu'un membre de la famille concerné vous aide à héberger, promouvoir, faciliter et collecter les données du groupe de discussion est l'une des choses les plus puissantes et les plus percutantes que vous puissiez faire. Si l'objectif est d'obtenir des informations authentiques, avoir une relation de confiance dans un espace sûr est indispensable. Reconnaissant que l'établissement de relations prend du temps; avoir quelqu'un qui a réellement une familiarité intime avec le système co-animant et coordonnant l'événement et se tenant côte à côte avec vous – pas comme un jeton mais comme un vrai partenaire – aidera à rendre le processus beaucoup plus fluide et vous aidera également à comprendre certains des les aspects pratiques que vous avez peut-être manqués.

Existe-t-il des exemples notables de communautés mettant en œuvre ce guide?

GB: Nous travaillons avec nos partenaires de la Fondation Annie E. Casey pour piloter le guide et le webinaire pédagogique avec des sites JDAI (Deep-End Juvenile Detention Alternative). Plusieurs sites ont maintenant choisi leurs partenaires communautaires et commenceront bientôt à organiser des groupes de discussion. J4F recueillera ensuite des informations et des idées sur les sites et incorporera ces commentaires dans une deuxième édition du guide pour s'assurer qu'il répond aux besoins des agences de justice pour mineurs et des familles.

Y a-t-il des projets à venir sur lesquels J4F travaille que nous devrions surveiller?

GB: Nous sommes très enthousiastes à propos de deux nouveaux outils d'assistance technique! Le premier sera une évaluation du système qui est conçue du point de vue des familles et des jeunes qui participent au système. Il est créé pour être un regard de bout en bout sur ce à quoi ressemble réellement le système de justice pour mineurs du point de vue des familles. Le but est d'avoir des évaluations du système qui impliquent et impliquent les familles dans le processus – elles font l'évaluation, fournissent des commentaires et font des recommandations de changements.

La deuxième partie est un programme de cinq jours pour les intervenants du système présenté par les familles pour les former sur les principes fondamentaux des familles et des partenariats pour les jeunes, des outils et des stratégies pour les aider dans leur travail quotidien. Il couvre également les préjugés implicites et le racisme systémique.

J4F a passé 15 ans à rassembler une tonne de connaissances et de formations auprès de personnes de partout au pays sur l'organisation et l'aide aux familles d'enfants impliqués dans le système de justice pour mineurs ou pour adultes à comprendre comment le système fonctionne. Nous entendons souvent les familles dire «ce n’est pas juste» ou «ce n’est pas juste», mais le système continue de fonctionner comme il a été conçu pour fonctionner, ce qui comprend l’incarcération et la participation principalement de personnes de couleur et de personnes pauvres.

TH: Plus nous en faisons, plus nous avons à faire. C'est un tel honneur de faire partie de ce mouvement, mais nous savons aussi que nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir. Nous n’avons pas commencé à aborder les aspects de la réintégration et de la réintégration de nos jeunes, alors à mesure que le travail évolue, nous prévoyons d’être là, de nous battre à chaque étape du chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *