Catégories
Droit et Justice

Réforme de la justice pénale au bureau du gouverneur de l'Oklahoma

Cette semaine, l’Oklahoma a fait un grand bond en avant lorsque sept projets de loi élaborés à partir des recommandations du Groupe de travail du gouverneur Fallin sont passés par la Chambre et le Sénat. Ces sept projets de loi visent spécifiquement la réduction de la population carcérale gonflée de l’Oklahoma, tout en renforçant la sécurité publique.

Les derniers chiffres du département des services correctionnels d'Oklahoma montrent que les prisons d'État ont actuellement une capacité de 112% avec seulement 70% du nombre recommandé d'agents des services correctionnels. Cela n'inclut même pas les 1 146 prisonniers supplémentaires dans les établissements du comté en raison du surpeuplement actuel. Sans action, la population carcérale augmentera de 25% d'ici 2026.

Les législateurs ont donné la priorité à l'adoption de ces projets de loi parce que cette crise ne peut tout simplement plus être ignorée. Les enjeux sociaux et économiques sont trop importants. Bien que les données officielles n'aient pas encore été finalement calculées, nous nous attendons à ce que l'Oklahoma dépasse bientôt la Louisiane pour avoir le taux d'emprisonnement le plus élevé du pays. Alors que les présidents des crédits à la Chambre et au Sénat ont convenu d'émettre jusqu'à 1 milliard de dollars en obligations pour financer la construction de deux nouvelles prisons, celles-ci devraient remplacer deux prisons actuellement en mauvais état et seront mises hors ligne. Cependant, avec l'adoption de ces réformes, nous avons amplement l'occasion d'éviter la nécessité d'une prison supplémentaire si nous sommes en mesure de gérer en toute sécurité la croissance de notre population carcérale au cours des huit prochaines années.

Ces projets de loi sont une prochaine étape importante et nécessaire, mais ils ne doivent pas être la dernière étape. Les versions finales de ces projets de loi ont été considérablement diluées par rapport à leurs formes originales et sont loin d’atteindre les objectifs énoncés dans le rapport du Groupe de travail du Gouverneur. Cela réduira l'accélération de la croissance mais ne réduira pas notre population carcérale à long terme. C'est un bon début, mais cela ne peut pas être la fin de la conversation ou de l'action.

Nous devons nous concentrer sur l'obtention du meilleur retour sur investissement possible pour nos impôts, surtout en matière de sécurité publique.

Le législateur mérite des éloges pour ce qu'il a accompli jusqu'à présent. Le législateur doit également reconnaître que son travail est loin d'être terminé.

Voici un aperçu des factures:

HB 2281 (Peines de vol de propriété): passé Maison 80-3; Sénat 40-0

Crée une structure de sanctions à plusieurs niveaux pour les délits contre les biens criminels en fonction de la valeur, établissant des sanctions plus sévères pour les délits contre les biens de valeur plus élevée.

HB 2286 (Admissibilité à la libération conditionnelle): passé Maison 84-5; Sénat 40-0

Rationalise la libération conditionnelle des délinquants non violents qui respectent un plan de gestion de cas et maintiennent un bon comportement; élabore un processus de libération conditionnelle gériatrique pour les détenus de plus de 60 ans qui ont purgé un certain minimum.

SB 649 (délinquant habituel): adopté le Sénat 39-1; Maison 84-9

Réduit les phrases améliorées pour certains crimes non violents répétés.

SB 650 (radiation): adopté le Sénat 38-0; Maison 67-20
Réduit le temps qu'un délinquant non violent doit attendre pour demander une radiation de 15 à 7 ans. Le délai est également réduit pour les détenus qui n'ont pas plus de deux crimes non violents et n'ont pas d'autres condamnations dans les dix ans suivant la fin de leur peine.

SB 689 (Pratiques de supervision): adopté le Sénat 39-1; Maison 76-13

Impose des restrictions sur la durée de l'incarcération pour des violations techniques; permet aux délinquants non violents purgeant une peine d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle d'être admissibles à une modification de peine; et, permet au tribunal de déroger à une peine minimale obligatoire pour les crimes non violents si elle n'est pas nécessaire pour la protection du public.

SB 786 (Peines de cambriolage): adopté le Sénat 35-3; 56-33

Crée un cambriolage au troisième degré pour l'introduction par effraction d'un véhicule et supprime la durée minimale obligatoire de deux ans du cambriolage au deuxième degré.

SB 793 (Peines commerciales de drogue): adopté le Sénat 39-1; 67-20

Modifie les sanctions pour les infractions commerciales liées aux drogues et distingue la conduite par possession avec l'intention de distribuer, de distribuer et de fabriquer.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *