Catégories
Droit et Justice

Un otage français libéré au Mali arrive chez lui en France pour les câliner

BAMAKO, Mali (AP) – Un travailleur humanitaire français de 75 ans retenu en otage pendant quatre ans par des extrémistes islamiques au Mali est arrivé vendredi en France – et dit vouloir retourner à son travail d'aide avec les enfants souffrant de malnutrition en Afrique malgré l'épreuve.

Des proches ont enveloppé Sophie Petronin dans une énorme étreinte après sa descente de l'avion de l'aéroport militaire de Villacoublay au sud-ouest de Paris, où elle a été accueillie par le président français Emmanuel Macron.

Vêtue d'un voile blanc et d'un trench-coat, Petronin a semblé très émue alors qu'elle tenait ses petits-fils dans ses bras.

"Les Français et moi sommes heureux de vous revoir enfin, chère Sophie Petronin", a tweeté Macron. "Bienvenue à la maison."

Petronin a rencontré Macron pendant environ une heure à l'aéroport. Ils n'ont pas parlé à la presse.

Macron a exprimé sa joie et son soulagement à sa libération, a remercié les autorités maliennes et a promis que l'armée française continuerait sa lutte contre le terrorisme dans la région ouest-africaine.

Petronin a été libéré avec trois autres otages du Mali et d'Italie cette semaine. Bells a sonné dans la ville natale italienne d'un prêtre également libéré.

Petronin a déclaré qu'elle avait été relativement bien traitée pendant sa captivité. Son récit contrastait avec celui de sa compatriote ex-otage Soumaila Cissé, un éminent politicien malien qui a raconté des mois de conditions difficiles avant un voyage précaire vers leur point d'extraction, arrivant dans la capitale du Mali 48 heures après sa première libération.

"Je me suis accroché – j'ai beaucoup prié parce que j'avais beaucoup de temps", a déclaré Petronin aux journalistes de l'ambassade de France à Bamako. «J'ai transformé la détention… en une retraite spirituelle, si l'on peut dire cela.

Petronin a été libéré aux côtés des otages italiens le révérend Pierluigi Maccalli et Nicola Chiacchio, et Cissé, un éminent politicien malien. Il n'y a pas eu d'informations immédiates sur les cinq autres otages étrangers que les militants islamiques du JNIM détiendraient toujours.

La liberté pour les quatre est venue quelques jours à peine après que le gouvernement malien a libéré près de 200 militants et les a envoyés par avion dans le nord du Mali, alimentant la spéculation sur un échange de prisonniers imminent qui, selon certains, pourrait déstabiliser davantage le pays.

On ne savait pas immédiatement si une rançon avait été payée, bien que les groupes extrémistes financent depuis longtemps leurs opérations avec de tels paiements des gouvernements européens.

Cissé, qui avait été kidnappé plus tôt cette année alors qu'il faisait campagne pour sa réélection en tant que législateur, a déclaré à la chaîne de télévision nationale ORTM du Mali qu'après des mois de captivité, les choses ont commencé à bouger rapidement à la fin du mois de septembre.

Il a déclaré jeudi soir qu'il avait réalisé une vidéo de preuve de vie le 26 septembre et plus tôt cette semaine, il avait été libéré. Pourtant, les conditions de sécurité les ont empêchés d'atteindre la ville septentrionale de Tessalit pendant deux jours de plus.

«J'ai passé six mois dans… des conditions de vie très difficiles, dans un isolement quasi permanent, mais je dois avouer que je n'ai subi aucune violence, ni physique ni verbale», a déclaré Cissé à l'ORTM.

Parmi les otages italiens figuraient Maccalli, un prêtre missionnaire catholique romain de la Société missionnaire africaine qui a été enlevé au Niger voisin en 2018.

Dans un tweet, la conférence des évêques italiens a exprimé «sa gratitude à ceux qui ont travaillé pour la libération alors que nous continuons de prier pour ceux qui sont portés disparus».

Parmi les disparus se trouve la religieuse colombienne Gloria Cecilia Narváez Argoti, vue pour la dernière fois dans une vidéo de 2018 aux côtés de Petronin.

Dans la ville natale de Crema de Maccalli, une ville à l’est de Milan dans le nord de l’Italie, des cloches sonnaient dans la cathédrale pour accueillir la nouvelle de sa libération.

«J'espère que la libération du P. Gigi est un signe d'espoir prometteur pour tous les autres prisonniers de leur foi et de leur lutte pour la vérité, la justice et la réconciliation; et que ce soit une graine de paix et de confiance pour le Niger qu'il aime tant », a déclaré Mgr Daniele Gianotti, évêque de Crema.

Paraissant énergique et déterminée malgré son calvaire, Petronin a déclaré aux radiodiffuseurs français qu'elle souhaitait retourner dans la ville de Gao, dans le nord du Mali, pour voir les enfants qu'elle aidait avant d'être enlevée.

«J'ai pris un engagement envers les enfants. Depuis quatre ans, je n'ai pas vu comment les programmes fonctionnent », a-t-elle dit, faisant référence à son travail avec les enfants orphelins et souffrant de malnutrition. «J'irai en France, en Suisse, puis je reviendrai voir ce qui se passe ici.»

Pendant sa captivité, Petronin a déclaré qu'elle avait été autorisée à écouter la radio et que ses gardes avaient partagé des messages et des vidéos avec elle, dont une de son fils.

Le fils d’âge moyen de Petronin, Sébastien Chadaud, a déclaré aux journalistes français que «c’était un petit garçon qui avait retrouvé sa mère et une mère qui réconfortait son petit garçon».

Il a ajouté: "Elle est comme un bloc de granit, ma mère."

Il a pleuré en décrivant comment il s'était battu pour sa libération, disant à sa mère: «J'ai fait de mon mieux. Elle l'a réconforté en disant: «Vous avez fait ce que vous pouviez.»

Alors que son fils lui embrassait la tête, elle a dit qu'elle voulait juste passer du temps avec lui, «pour le regarder et lui dire: 'Pardonne-moi, je t'ai causé tant de douleur, tant de difficultés, tant de travail pour m'aider à sortir . '»

___

Les rédacteurs de l'Associated Press Nicole Winfield à Rome; Sylvie Corbet à Paris et Krista Larson à Dakar, Sénégal, ont contribué.

Cet article a été écrit par BABA AHMED et ANGELA CHARLTON de l'Associated Press et a été légalement autorisé par le réseau d'éditeurs Industry Dive. Veuillez adresser toutes les questions de licence à legal@industrydive.com.

commentaires

commentaires

Diplômes et certificats en ligne pour les professionnels du renseignement

Les diplômes et certificats en ligne de l’Université militaire américaine en matière de renseignement sont enseignés par des professeurs expérimentés. Beaucoup servent de leaders dans les secteurs du renseignement, de l'armée ou de la sécurité intérieure et ils transmettent une expertise du monde réel dans la salle de classe en ligne. Nos étudiants se connectent également à un vaste réseau d'étudiants et de professionnels du renseignement qui sont également dévoués au service, au professionnalisme et à l'évaluation et à l'amélioration continues du cycle du renseignement.

Informations requises

Veuillez remplir ce formulaire et nous vous contacterons avec plus d'informations sur AMU. Tous les champs sauf le téléphone sont obligatoires.

<! –->

Message de validation ici

<! – ->

Message de validation ici

<! –->

Message de validation ici

<! –->

Message de validation ici

<! –->

Message de validation ici

<! –->

Message de validation ici



Prêt à postuler? Démarrez votre application dès aujourd'hui.

Nous apprécions votre vie privée.

En soumettant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des courriels, des SMS, des appels téléphoniques et des messages d'American Public University System, Inc. qui comprend l'American Military University (AMU) et l'American Public University (APU), ses filiales et ses représentants. Je comprends que ce consentement n'est pas une condition d'inscription ou d'achat.

Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment. Veuillez consulter notre politique de confidentialité, nos conditions d'utilisation ou contactez-nous pour plus de détails.

<! –

tester

->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *